Entre rêve et action

La Belgique mène une politique d'interdiction générale, unique en Europe et bien au-delà. L'eau libre n'est pas traitée comme un espace public. Le nageur n'a pas la même liberté de mouvement que le marcheur, le coureur ou le cycliste. Pire : il est souvent permis de pratiquer toutes sortes de sports nautiques, mais la baignade est interdite. En principe, il n'est autorisé que dans des endroits spécialement équipés, (avec des sauveteurs, des vestiaires, des douches, des toilettes, etc.)

Ces règles appartiennent aux codes de la police municipale et des réglementations environnementales régionales, telles que VLAREM en Flandre. Depuis octobre 2019, le VLAREM a autorisé une dérogation pour la plongée et la natation longue distance, qui sont toutes deux autorisées sans infrastructures, si les nageurs utilisent une bouée, si quelqu'un d’autre avec des notions de sauvetage est présent, et si leur club a obtenu l’accord des propriétaires des lieux que l'eau peut être utilisée à des fins d'entraînement. Les clubs doivent s'inscrire auprès des autorités. Cette situation est encore loin de ce que nous voulons obtenir. Aujourd'hui, tous les nageurs ne sont pas égaux devant la loi.

Lisez nos arguments en faveur du changement. C'est possible partout. Regardez nos voisins néerlandais.

Wet Life Matters!

© Copyright 2021 Outdoor Swimming Belgium. Alle rechten voorbehouden.